1/4

POTOSI

Pourquoi aller à Potosi? Bonne question. 

Pour sa mine bien sûr, une expérience que vous n'oublierez pas de sitôt, surtout qu'elle est encore exploitée. Les visites se font donc avec les travailleurs qui bossent comme des damnés. Cette mine est bien entendu chargée d'Histoire et d'histoires. Ce que je peux dire c'est que la semaine précédant notre visite deux ouvriers étaient morts en faisant exploser à la dynamite une roche pour dégager une voie.

Critiquée cette excursion n'en reste pas moins un incontournable pour qui veut appréhender l'histoire de la ville voire de la Bolivie. Tâchez de choisir une agence qui est opérée par d'anciens mineurs.

Potosi en plus d'être à près de 4100 m d'altitude est une ville coloniale dont l'architecture est très intéressante. Des travaux de rénovation sont en cours et le centre-ville est de plus en plus agréable

Pour manger le midi il y a de bons restos qui proposent des almuerzos. Notre déception est venue de la disparition du bel artisanat que nous y avions vu il y a déjà 15 ans...

De 2 à 8 jours

Une ville minière à 4000 m qui a fait la fortune des uns et l'infortune des autres et dont l'architecture vous ravira. Une ville coloniale dont le charme n'est pas évident mais au climat méditerranéen plaisant.

POTOSI - SUCRE

SUCRE 

Sucre est une ville coloniale vantée par les guides et qui nous a énormément déçue.

Est-ce parce que nous connaissions déjà d'autres villes du même style, et notamment la superbe Ouro Prêto au Brésil? Nous ne savons pas, mais ce qui est sûr c'est que le centre historique est petit, peu intéressant et surtout qu'il n'y a guère de possibilités de se restaurer.

Nous avons eu beaucoup de peine à trouver un hôtel correct. Nous avons dormi dans celui où le Che passa ses dernières nuits avant de rejoindre ses compagnons en forêt. Rien d'extraordinaire.

Question resto, un vrai désastre.

Nous voulions rester 3-4 jours et nous sommes partis au bout de deux nuits! Et dire que nous avions payé l'avion. Sans compter que nous étions descendus en altitude et après venait Potosi, dur, dur!

Non, franchement il y a bien mieux à faire en Bolivie!